UA-39597406-1 Parution Revue Hermès : Classer, Penser, Contrôler | Un Oeil sur la Pub
Un spot TV pour un magazine, les leçons de Vanity Fair
Un spot TV pour un magazine, les leçons de Vanity Fair
29 août 2013
ÉVÉNEMENT – Conférence nationale des métiers du journalisme – 4ème édition
9 septembre 2013
Tout montrer

Parution Revue Hermès : Classer, Penser, Contrôler

couv_hermes 66

Le dernier numéro de la revue Hermès – revue spécialisée en Sciences de l’Information et de la Communication – vient de paraître.

Il a pour ambition d’aborder les thématiques « Classer », « Penser », « Contrôler ».

En voici le résumé de l’éditeur :

 » Classer est souvent la première opération intellectuelle. Mais catégoriser, classer, déclasser, classifier ne sont pas de simples activités de mise en ordre du monde. Ces opérations représentent également des modes d’exercice de pouvoir de nature intellectuelle, culturelle, politique. Le classement contribue certes à mettre de l’ordre, mais aussi à rigidifier les distinctions, à naturaliser des hiérarchisations, à justifier la marginalisation de groupes sociaux et culturels, souvent à imposer une logique marchande. Qu’il s’agisse de classifications documentaires et disciplinaires ou de palmarès très médiatisés comme celui de Shanghai pour les universités, les outils de classement prennent diverses formes, matérialisent des valeurs et des stratégies, orientent notre regard sur le monde.

Avec l’émergence des réseaux numériques, la mise en place des normes et l’essor des «Big Data», les outils de classement se transforment et gagnent en puissance. Quel pouvoir est exercé par les acteurs du classement, et selon quelles logiques ? Si l’universalisme a pu favoriser l’univocité des classifications, celles-ci s’ouvrent désormais au dialogue, engendrant négociations, suscitant contestations et débats. Cette dimension délibérative se perçoit à travers les activités de groupes de pression, de lobbys, de réseaux constitués autour d’enjeux majeurs qui d’ailleurs nous concernent tous : comment désigner et classifier le handicap, les maladies mentales ou les sujets scientifiques prêtant à controverse comme le développement durable ? Quelles normes techniques appliquer à la mise en réseau des langages documentaires ? Comment former un contre-pouvoir à la puissance classificatoire de Google ?

Face aux technologies du numérique et à la croissance exponentielle des données, des acteurs et des organisations tentent progressivement de contrecarrer les tendances hégémoniques anciennes et nouvelles de mise en ordre du monde, en mettant en avant une activité de classification participative et créative. »

A commander sur le site des Editions du CNRS.