UA-39597406-1 Les Bronzés au ministère des PTT | Un Oeil sur la Pub
Un oeil sur la pub
22 octobre 2012
Faire décoller une voiture d’un porte-avion : c’était possible dans les années 1980
Faire décoller une voiture d’un porte-avion : c’était possible dans les années 1980
29 octobre 2012
Tout montrer

Les Bronzés au ministère des PTT

Ce spot date de 1979, un an après la sortie du film au succès populaire, Les Bronzés, dans lequel jouent Thierry Lhermitte et Christian Clavier.

Ce spot date de 1979, un an après la sortie du film au succès populaire, Les Bronzés, dans lequel jouent Thierry Lhermitte et Christian Clavier.

Dès les premières secondes, la publicité aborde un point concernant l’organisation du secteur des télécommunications en France. L’agent des télécommunications barre la route à l’agent des postes et cela entraîne leur rencontre et une discussion sur le ton de l’humour. La relation qu’entretiennent les deux protagonistes montre à travers les dialogues, que les deux corporations sont en compétition. Le message publicitaire se fait le théâtre de l’énonciation des avancées et des exploits techniques réalisés par ces deux entités tout en prenant garde de ne donner l’avantage ni à la poste, ni aux télécommunications.

Cette compétition est montrée comme une émulation car il y a une notion de complémentarité entre ces deux entités. Le facteur au sol, les pieds sur terre, à travers la distribution du courrier symbolise les communications matérielles entre les hommes. Le technicien des télécommunications, en hauteur et plus près du ciel, exprime les communications téléphoniques et donc immatérielles des hommes. Le slogan « PTT : les hommes qui relient les hommes » conclut sur cette complémentarité entre la poste et les télécommunications.

La publicité nous montre un deuxième élément important. La réplique du technicien des télécoms « En 5 ans, on a doublé les abonnements. Et je te parle pas des satellites » met en avant les conséquences du plan de rattrapage téléphonique, visibles dès la fin des années 1970 dans le quotidien des citoyens français. Il cite non seulement le premier objectif de ce plan : l’augmentation des abonnements et aussi l’évolution technique en marche : l’utilisation de satellites pour le déploiement de futurs services. Aucun des services inhérents à l’utilisation des satellites n’est encore proposé au grand public, destinataire de cette annonce. Néanmoins, cette donnée apparaît déjà dans le discours du ministère des PTT. Cette promesse de nouveaux services apparaît comme imminente et montre comment le discours concernant les télécommunications se construit : il est basé sur l’avancée technologique. Outre le message linguistique, l’étude de l’image est porteuse d’informations. La partie visible du plan de rattrapage est révélée par les éléments iconiques choisis pour illustrer ce discours : les lignes téléphoniques et le technicien travaillant dessus. En revanche, seul le ciel peut évoquer les connexions satellites.

Enfin, notons l’évolution et la construction de deux figures essentielles : le facteur et le technicien en télécommunications.

Le facteur a abandonné son traditionnel vélo pour une voiture jaune caractéristique de la poste encore aujourd’hui.

Lui est opposé le technicien en télécommunications. Pour le représenter et matérialiser dans l’imaginaire cette figure assez récente dans la société française, contrairement au facteur, la publicité nous montre un personnage en train de réparer ou d’installer une ligne téléphonique. Cette symbolique est caractéristique du plan de rattrapage téléphonique encore en pleine action à la fin des années 1970.

Cette publicité fait apparaître un discours des télécommunications en pleine construction. En utilisant ces éléments iconiques et linguistiques, cette annonce fait appel aux bases de l’imaginaire des télécommunications qui évolueront lentement avec l’arrivée des premiers services commercialisés au début des années 1980.